L’automne, saison du Poumon, de l’élément métal et du repli en Médecine Traditionnelle Chinoise

“La vraie joie doit couler de la source intérieure, une joie tranquille, sans parole, recueillie en elle-même qui ne désire rien de l’extérieur et se montre contente de tout, demeure exempte de toutes répulsions égoïstes.” YI KING, Le livre des transformations.
Je souhaite aborder l’Automne du point de vue de la médecine chinoise, les saisons sont particulièrement importantes sur le plan énergétique. Selon le calendrier traditionnel chinois, l’Automne a débuté le 8 août dernier !
Les saisons chinoises sont basées sur la théorie des 5 mouvements. Le calendrier chinois, sur lequel s’inscrit toute la philosophie de la médecine chinoise est construit sur l’observation du système solaire : 4 saisons « pleines » de 72 jours et 4 intersaisons de 18 jours donnent une année de 360 jours. Chaque saison commence bien avant que les changements ne se manifestent dans la nature. Par exemple le printemps commence dès que l’énergie remonte et que la sève afflue des racines vers les tiges, bien avant que les bourgeons ne commencent à éclore.
Les saisons chinoises sont calculées d’après la course du soleil comme dans notre tradition occidentale, mais elles ne commencent pas aux solstices et aux équinoxes. Elles sont centrées sur ces périodes. L’équinoxe et le solstice sont ainsi situés environ au milieu des saisons. Ainsi chaque saison chinoise commence à peu près 1 mois et demi avant solstices et équinoxes et se terminent environ 1 mois et demi après.
Par ailleurs, chaque saison correspond à un couple organe/viscère et leur activité montre leur vitalité :
  • Automne – élément Métal – organe Poumon/ Gros intestin
  • Hiver – élément Eau – organe Rein/Vessie
  • Printemps – élément Bois – orange Foie /Vésicule Biliaire
  • Eté – élément feu – organe Coeur/Intestin Grêle
  • L’intersaison est la période de dix-huit jours qui précède chaque saison, soit 72 jours qui correspondent à l’élément Terre, au couple Rate/Estomac. L’intersaison de l’Automne (du 21 juillet au 7 août pour 2015) est la plus importante pour la Rate. Appelée l’été qui se prolonge (Chang xia), elle est une période de transition entre les saisons (yang) printemps et été et les saisons yin (automne et hiver).
Chaque saison est une concentration d’énergie. Les textes anciens définissent les saisons comme étant centrées sur les solstices et équinoxes (Voir Jean-Marc Eyssalet) et les 18 jours d’intersaison sont évoquées dans le livre de l’Empereur Jaune. Les anciens chinois avaient déterminés que chaque saison solaire avait une influence énergétique sur les changements climatiques, les six Qi célestes, dont l’interaction avec le Qi terrestre produisait les cinq saisons climatiques en phase avec les cinq éléments.
Par ailleurs, l’énergie de la lune suit un cycle croissant puis décroissant tous les 28 jours et a une forte influence sur l’énergie et le sang dans le corps humain. C’est une des raisons principales pour laquelle elle est utilisée en médecine chinoise.
Ce petit aparté terminé, abordons maintenant la saison qui nous concerne actuellement : l’Automne, qui je vous le disais précédemment, a débuté le 7 août dernier pour se terminer le 20 octobre. Viendra ensuite l’intersaison de l’Hiver du 21 octobre au 7 novembre, puis l’Hiver le 8 novembre… Nous aborderons l’importance énergétique de l’automne du point de vue de la médecine chinoise, quelques conseils pratiques pour le quotidien en vue de fortifier votre énergie et enfin l’alimentation automnale.

L’automne : une saison particulièrement importante d’un point de vue énergétique.

 « A l’automne le ciel et la terre amorcent leur séparation » et la nature entame son déclin. L’automne est un saison de la transition où l’énergie yang de l’été décroît tandis que l’énergie yin de l’hiver croît. Elle est située entre la saison de forte activité (l’été) – le yang du yang – et la saison du repos et de l’intériorité, l’hiver de type yin. Il y a un mouvement de descente, d’abaissement et d’intériorisation du yang vers le yin. À l’arrivée de cette saison, l’été est bien fini, la luminosité diminue, les températures se rafraîchissent, les journées raccourcissent, le yang se retire pour laisser la place au Yin. On dit que « le principe lumineux rentre à l’intérieur». Notre énergie défensive (Wei Qi) travaille plus fort pour nous maintenir en santé .
Autrement dit, l’automne marque la fin d’une énergie yang en même temps que la naissance d’une énergie yin et est source de déséquilibres et désagréments pour nombres de personnes. Notre rythme de vie change, mais notre quotidien nous impose des horaires que notre corps a parfois un peu de mal à suivre. La fatigue se fait sentir chez nombreux d’entre nous à cette époque de l’année.
Dans la nature, ce retour à la Terre s’observe avec la tombée des feuilles et la végétation qui se met peu à peu au repos, la sève retournant vers les profondeurs. Chez l’homme, ce déclin naturel correspond au vieillissement. L’expression « être à l’automne de sa vie » illustre parfaitement ce moment. Beaucoup de personnes, en cette période de leur vie, découvrent la spiritualité (pas uniquement confinée à la seule notion de religion), ce qui constituent souvent un retour vers l’essentiel (L’Essence Ciel).

L’automne saison des récoltes

L’énergie saisonnière entame donc une phase descendante pour revenir à la Terre. C’est la saison des récoltes (des cultures d’été: vendanges, châtaignes, noix…). On engrange ces mêmes récoltes pour se préparer à passer l’hiver. Le rôle de l’homme au sein de la nature est encore sous

le signe de l’activité, car il doit cueillir, récolter, trier, engranger tout ce qui lui permettra de passer l’hiver. Nous récoltons ce que nous avons semé. C’est l’heure du bilan… nous nous préparons à entrer dans une période d’intériorisation pour nous centrer sur l’essentiel. Nos émotions évoluent et une sorte de nostalgie peut s’emparer de nous… Ça peut nous aider à comprendre certains états physiques et psychologiques que nous traversons durant cette période. L’automne induit parfois des déséquilibres et désagréments chez nombre de personnes.

L’automne, saison du recueillement, du jugement, du lâcher-prise et de la sérénité, la saison des bilans …

C’est une période dédiée au détachement et au bilan de l’année qui prendra bientôt fin. A l’image du coucher du soleil (Automne) qui annonce la nuit proche (Hiver), nous laissons notre esprit rentrer progressivement dans la quiétude (qualité Yin) et l’introspection (énergie du Métal). La fraicheur de l’automne invite au recueillement. L’humeur devient sédentaire bien souvent. Comme la nature qui se met en position de protection avant l’hiver, on a tendance à un repli sur soi. La puissante montée du Yin impose d’économiser ses forces ; ce n’est pas une période propice à l’intervention active ; il faut s’adapter, se tenir au repos. Tout retourne à la terre.
Lié à l’élément métal qui tranche et qui coupe, c’est un temps pour ranger, mettre en ordre, trier (ce qu’il faut garder, jeter ce qui n’est plus nécessaire, essentiel…) organiser les choses et son chez soi intérieur pour se préparer à passer l’hiver en toute quiétude et savoir profiter d’une vie moins active pour se reposer et se ressourcer… C’est aussi un temps pour réfléchir sur les aspects les plus importants de sa vie. L’automne est propice au jugement. On entre progressivement dans la profondeur. On rassemble ses esprits, ses souffles, on intériorise ses forces vives avant la rigueur de l’hiver.
Ce n’est pas un hasard si l’automne se caractérise par ce sens de l’organisation. Mais comme dans toute chose, ce sens de l’organisation propre à l’énergie automnale doit en même temps être maîtrisé pour ne pas engendrer trop de dysharmonie : celui de la volonté de tout contrôler (ses émotions, sa vie…), voir régenter tout son environnement. Face à cette volonté de maîtrise et d’organisation démesurées des choses, apprenons plutôt à développer le sentiment de quiétude et de lâcher-prise. Les exercices de respiration ou la méditation sont excellents pour y parvenir. Ne croyez pas qu’ils soient techniquement difficiles ou qu’ils soient réservés à ceux et celles qui ont suivi un long apprentissage. En la matière, la persévérance et la régularité sont généralement bien plus difficile à tenir que la technique elle-même. L’automne est un moment important, on se prépare à l’hiver : on rassemble, on« engrange », on organise pour pouvoir passer la saison fraîche confortablement.

L’ Automne chez l’homme : le Poumon …

L’automne est dominé par l’énergie de l’élément métal, qui est lié au système physiologique des poumons. Durant cette période, l’énergie est à son optimum dans les méridiens du couple poumons (yin) et du gros intestin (yang). Selon la tradition chinoise, le Poumon est le maître de l’énergie défensive, le Wei Qi, que l’on peut assimiler à notre système immunitaire :
  • Il gouverne la respiration : c’est-à- dire qu’il inhale le Qi pur dans l’air- et il exhale le Qi impur.
  • Il diffuse l’énergie et répartit tous les liquides organiques dans l’ensemble du corps.
  • Le poumon contrôle également la surface, c’est-à-dire la peau, et la pilosité.
  • Rappelons qu’à chaque organe correspond une émotion dominante et que dans la saison qui nous concerne, c’est la tristesse et la mélancolie qui sont rattachées au Poumon. Or, l’approche de l’hiver, les jours qui raccourcissent sont souvent source de nostalgie et de tristesse pouvant aller jusqu’à certaines formes de déprime.
L’énergie du couple Poumon/GI domine au cours des trois mois d’automne et comporte à la fois un pouvoir de synthèse, de distribution et un pouvoir de destruction. Le plein régime de l’énergie des poumons rend l’énergie du métal (qui leur correspond) offensive. Au niveau énergétique, cela se traduit aussi par le fait que l’automne est la période où le rein commence à se recharger pour l’année à venir avant d’atteindre sa plénitude énergétique en hiver. C’est la fonction du rein comme réserve d’énergie vitale. C’est donc le moment de le nourrir correctement pour qu’il puisse se recharger au mieux.

Le Métal : ses trigrammes

Dans le Yi King, le Métal est symbolisé par les trigrammes : TOUEI ou DUI, “le serein”, “le joyeu”, “le lac” K’IEN ou QIAN, “le créateur”.
On retrouve fortement, dans ses deux trigrammes, la notion du temps enfin dompté et accepté qui provoque un état de joie sereine, la sagesse de la cinquantaine
Quelques correspondances :
L’automne est la saison de l’élément métal. Chaque élément est associé à beaucoup d’autre chose:
  • la couleur blanche, couleur du deuil en chine, de la tristesse mais aussi pureté, nettoyage corps-esprit)
  • la direction : Ouest (où se couche le soleil)
  • le Climat : sècheresse
  • la période du jour : soir
  • la planète : vénus, symbole de mort et de renaissance
  • la Saveur : le piquant ou l’âcre, absorber du piquant dégage le nez, favorise l’élimination (transpiration) en ouvrant les pores de la peau
  • Dans la numérologie taoïste, le métal correspond au chiffre 9
  • l’Animal : tigre blanc, qui symbolise l’énergie ou grue, qui a une anatomie par ses ailes et son bréchet, qui favorise l’ouverture de la cage thoracique et le fonctionnement des poumons. Enfin, le trigramme ciel est parfois comparé au cheval sauvage ou domestique, qui symbolise la force, la durée, la fermeté.
  • Au sons : SI, « Shh », « Sss »
  • la vieillesse

Conseils pratiques pour l’automne

Quelques conseils pour fortifier les poumons :
  • Dormez suffisamment (7 à 8 h par nuit) et bien se reposer. Le besoin de sommeil s’accroît avec les nuits qui s’allongent : on se couche tôt pour favoriser le retour au Yin, mais on se lève tôt pour bénéficier de l’élan du Yang clarificateur et équilibrant, propre à l’automne, suivant en cela la conduite des animaux dont l’expression est réglée sur les cycles solaires, tel le coq.
  • Tenez compte des variations de température pour se vêtir, et observer le principe suivant : Il est temps de ranger les vêtements de coton et de sortir les vêtements plus chauds. Toutefois, il convient de ne pas s’habiller trop chaudement dès les premières fraicheurs, en prévision d’un brusque retour de chaleur.
  • Fuyez les « attaques perverses du vent » : Les jours de vent ou de très grands froids, couvrez vous bien le cou, en particulier la 7ème cervicale au point DA ZHUI (qui peut laisser passer “l’ennemi” : le froid Han Qi), le dos et les lombaires rendus vulnérables par le mouvement d’intériorisation caractérisant l’énergie de la saison, évitez les jogging (qui stimulent fortement les voies respiratoires). On ne demeure pas à l’air libre en exposant la tête et le cou, les mains et les pieds découverts. On ne garde pas sur soi des sous-vêtements humides ou froids afin de se préserver du danger d’intériorisation de ce froid, qui risque d’occasionner des rhumatismes et d’évoluer vers un syndrome dysentérique, de la toux et des glaires et, à plus long terme, vers l’atonie et la paralysie. Si vous travaillez dans un endroit climatisé, protégez particulièrement le haut du dos et la nuque, où se trouvent des points très sensibles à l’attaque du vent froid.
  • Il faut faire attention à la protection du poumon, maintenir l’humidité du poumon : Humidifiez votre maison en accrochant des humidificateurs à vos radiateurs, parce qu’une ambiance trop sèche, induite par le chauffage central par exemple, affecte la peau et les poumons.
  • Côté phyto, vous pouvez faire une cure d’échinacée ou de lapacho, deux plantes souveraines contre les affections de l’hiver, rhume et grippe.
  • N’abusez pas non plus des bains chauds, qui entrainent une transpiration excessive et donc un affaiblissement de l’organisme : évitez absolument hamman et sauna !!
  • La cigarette possède une qualité chaude et asséchante.
  • Pratiquez des exercices de stimulation des organes de l’automne, respiratoires et méditatifs : L’intérêt principal des exercices respiratoires ou méditatifs est de faire descendre l’énergie dans le ventre, ce que les japonais appellent le hara. L’énergie du rein qui se situe dans cette même région s’accroît ainsi dans un même temps. Pour favoriser le passage de l’air, il faut en premier lieu redresser le corps, le rendre souple, puis chercher à équilibrer les temps de l’inspir et de l’expir. Le rythme respiratoire, lent et régulier, module la circulation énergétique dans les méridiens, apaise et régule le rythme cardiaque et harmonise la circulation sanguine. Le diaphragme doit être souple, procurant à chaque respiration un massage efficace du foie, de l’estomac et de la rate, de la base des poumons et du muscle cardiaque.
Voici quelques étirements des méridiens du Poumon et du Gros Intestin qui seront particulièrement bénéfiques :
 Position de départ :
  • Écartez vos pieds, de la largeur de vos hanches.
  • Accrochez vos pouces derrière votre dos.
  • Mouvement:
  • Inspirez profondément.
    • Penchez-vous en avant, au moment de l’expiration, en élevant vos bras au-dessus de votre tête.
  • Laissez bien tomber la tête. Demeurez dans cette position le temps de prendre plusieurs respirations calmes et profondes. Le dos s’étire en détente et les bras passent peut-être un peu mieux par- dessus les épaules.
A toutes les étapes de l’exercice, respirez calmement et profondément, en portant votre attention sur les lignes de tension. Si les muscles situés à l’arrière de vos jambes sont raides et vous limitent dans la flexion avant, n’hésitez pas à plier les genoux. Chacun doit respecter l’étape d’étirement où il se trouve. A l’inspiration, le ventre se gonfle en détente ; à l’expiration, rentrez le ventre. Vous vous sentirez comme si vous étiez suspendu au plafond par les pouces.
Autre étirement possible :
  • Avancez un pied vers l’avant, en tendant la pointe, tout en élevant vos bras à 45°, vers l’arrière.
  • Tendez bien vos doigts.
  • Maintenez la posture pendant plusieurs inspirations.
  • Expirez en ramenant le pied vers l’arrière et les bras, le long du corps.
  • Répétez l’étirement en avançant l’autre pied.
À toutes les étapes de l’exercice, respirez calmement et profondément, en portant votre attention sur les lignes de tension.
Ces étirements ont pour but de prévenir rhumes, bronchites et sinusites; de favoriser l’optimisme et la bonne humeur ; de lutter contre la constipation ; de diminuer les raideurs musculaires et de préparer à se remplir de l’énergie de l’hiver.
Pour se préparer à la saison hivernale à venir, qui correspond au Rein et à la Vessie, vous pouvez également pratiquer l’étirement des méridiens correspondants :
L’énergie du Rein et de la Vessie circule sur la partie postérieure du corps. Elle correspond à tous les liquides organiques, aux os et à la moelle, ainsi qu’au système nerveux autonome. Sa fonction est de purifier les liquides. Aidez le rein à se recharger pour l’hiver : En hiver, saison du repos, le corps recharge les batteries pour l’année qui vient. Cette énergie se « stocke » dans la région des reins. Il convient donc de stimuler les reins à la saison précédant l’hiver, en l’occurrence l’automne, pour être sûr de bien recharger ses batteries. Là aussi les étirements des méridiens du rein et de la vessie ainsi qu’une alimentation spécifique permettent d’y arriver naturellement.
Position de départ:
  •  Asseyez-vous sur le sol, les jambes tendues devant vous, les talons rapprochés et les orteils bien orientés vers le haut.
  • Placez vos mains près des fesses et soulevez-vous, bras tendus, et redescendez en vous plaçant bien en appui sur les ischions (os des fesses).
Mouvement :
  • Tendez les bras au-dessus de votre tête, les doigts croisés.
  • Basculez bien le bassin en avant, puis en maintenant votre dos plat, descendez le buste, vers les genoux et les mains vers les pieds.
  • Maintenez la posture pendant plusieurs respirations.
  • Redressez-vous durant une inspiration. À toutes les étapes de l’exercice, respirez calmement et profondément, en portant votre attention sur les lignes de tension.
Autre position possible :
  • Assis, pliez un genou vers l’arrière et l’autre jambe tendue sur laquelle vous travaillerez.
  • A l’expire, descendez vers le pied de votre jambe allongée, toujours avec l’idée d’amener progressivement la poitrine sur la cuisse de cette même jambe.
  • Maintenez l’étirement à l’inspire pour descendre un peu plus à chaque expire. Vous pouvez rester dans cette position de manière plus prolongée de façon à sentir la progression de l’étirement.
  • Changez de jambe une fois ce premier étirement réalisé.
Les massages, automassages et acupressure s’avèrent très bénéfiques et notamment en automne pour renforcer les défenses immunitaires de l’organisme. Ils feront l’objet d’un prochain post… Les points d’acupuncture s’apparentent à des portes et des fenêtres. La pression sur les points d’acupuncture permet un travail plus en profondeur, puisqu’il agit sur les différentes énergies du corps
Enfin, une hygiène corporelle reste primordiale : lavez-vous les mains en rentrant chez vous, voire plusieurs fois par jour, surtout si votre activité professionnelle vous oblige à des contacts fréquents.
Vous l’aurez compris, la tonicité du poumon contribue fortement à vos défenses immunitaires en luttant contre bactéries et virus et vous permet d’éviter les pathologies de l’automne (vent, sécheresse, fraicheur). Certains d’entre eux comme celui de la grippe atteindront plus aisément les patients aux défenses immunitaires faibles. L’objectif sera donc de tonifier vos poumons.

L’Alimentation : Se nourrir en fonction de la saison d’automne :

La médecine chinoise considère qu’il est important de recevoir l’énergie de la saison en cours en choisissant ses aliments. La saveur piquante est en relation avec l’élément métal. Elle permet la diffusion de l’énergie des poumons et leur humidification. Toutefois, la saveur piquante est contre-indiqué en cas de transpiration profuse ou si vous êtes fatigué, énervé ou insomniaque, car son excès nuit au foie. En diététique chinoise, les aliments sont classés selon leur nature (froid, frais, neutre, tiède, chaud) et leurs saveurs (amer, salé, piquant, acide, doux, astringent), en fonction desquelles ils auront des effets plus ou moins bénéfiques selon les organes. Par exemple, le poireau de nature piquante aura une action favorable sur le poumon. La saveur indiquée en diététique chinoise pour soutenir l’énergie métal est la saveur piquante : elle humidifie les poumons trop secs et stimule la fonction de diffusion.
La saveur piquante est notamment recommandée en cas de bronchite, que celle-ci soit due à un excès d’humidité ou à un excès de chaleur. En petite quantité la saveur piquante nourrit le poumon, harmonise l’énergie des reins, tonifie l’énergie du foie et en trop grande quantité, elle agresse le poumon et a un effet répressif sur l’énergie bois (foie). Parmi les saveurs piquantes, il faut bien distinguer les piquants chauds comme le gingembre, le poivre, des piquants froids comme le radis, le radis noir, les navets, les pêches. Les premiers s’appliquent aux infections froides et au vide de l’organe, les autres aux infections chaudes et aux excès d’énergie.
Suwen (3,5,10) : » Le piquant relâche les muscles des vaisseaux, malmène le Jing, et le Shen, blesse l’épiderme et assèche le sang, en excès contracte les muscles flétrit les ongles, bouscule le souffle, blesse l’épiderme. Le piquant agit sur le trois foyer en stimulant et en accompagnant l’extériorisation par le foyer supérieur des énergies Zhong Qi et Wei Qi ».

Que convient-il de manger ?

  • Privilégiez l’alimentation « tiède » et« neutre » (millet, pêche, poireau, choux, navet, avoine, … et un peu (on a dit « un peu ») de piquant (poivre, gingembre, piment, moutarde, ail, céleri, ciboulette, fenouil, oignon, radis, kumquat, pistache, alcool aneth, badiane, basilic, cannelle, cardamone, carvi, coriandre, écorce de mandarine, fleur d’oranger, clou de girofle, fenouil, graines de fenouil, huile de soja, menthe, muscade, origan, poivre …)
  • Humidifiez votre corps en mangeant des produits riches en eau (poires, pommes, oranges, raisins, champignons…) pour éviter les toux sèches et autre constipation, pour compenser la sécheresse, qui apparaît en automne, Pour cela, consommer davantage de raifort, radis, chou rave, chou fleur, riz.
  • Limitez les aliments qui génèrent de l’humidité (aliments et les boissons froides ou glacées, les crudités, les farines cuites, les fritures et les graisses, les laitages et les fromages), qui peut stagner, notamment dans les poumons sous forme de glaires. Ces aliments sont donc à éviter en cas de rhume, accompagné d’écoulement nasal important, ou d’expectorations fréquentes. De même pour le gros intestin, ces aliments entrainent différents dérangements intestinaux.
  • Privilégiez les céréales (orge, épeautre, millet, quinoa, riz complet…), les légumineuses (pois chiches, haricots rouges, lentilles …)
  • Privilégiez une alimentation riche en vitamines et minéraux composée en grande partie de fruits et légumes.
  • Mangez plus d’aliments chauds et digestifs,
  • Évitez le fruit cru après le repas (cela permet d’éviter les ballonnements.
  • Prenez une tasse de thé ou de tisane à la fin des repas, ou pendant, si vous avez vraiment soif.
L’alimentation de l’automne doit permettre de stimuler l’organe Poumon et d’être en harmonie avec la saison et l’endroit où nous vivons. De manière générale, tout ce qui va stimuler le poumon est bénéfique en cette saison. Mais il faut également aider le rein à se recharger pour l’hiver, saison de repos pendant laquelle, le corps recharge les batteries pour l’année qui vient. Cette énergie se « stocke » dans la région des reins. Il convient donc de stimuler le reins à la saison précédent l’hiver, en l’occurrence l’automne.
Pour stimuler le Poumon: poireau, navet, ail, oignon, chou-rave, céleri, millet, cannelle, gingembre … Pour stimuler le Rein : crevettes, poireau, châtaignes, noix ….

Voici quelques aliments qui seront bénéfiques tout au long de l’automne :

Dès à présent et tout l’hiver : riz, quinoa, pois cassés, lentilles, noix, amandes …
  • Des poissons et fruits de mer : cabillaud, ormeau, seiche …Des crustacés tels que des crevettes, des moules ou encore des algues… Les fruits de mer présentent d’énormes avantages sur le plan gustatif et nutritif : riches en protéines, en sels minéraux, en oligo-éléments et en vitamines, ils sont pauvres en matières grasses.
  • Des Légumineuses : lentilles, pois cassés, pois chiches, haricots secs, fèves …
  • Des céréales complètes et semi-complètes : millet, blé, riz, quinoa, sarrasin, avoine, orge, maïs, le quinoa (qui contient l’ensemble des 8 acides aminés), sésame
  • De la Viande : poulet et autres volailles, foie de poulet, œufs coque ou durs, agneau, bœuf
  • Des légumes racines : carottes, salsifis, panais, courges spaghettis, butternut, ail, navets, poireau, céleri, chou rave, poireau, pomme de terre, patate douce, potiron, topinambour
  • Piquant : Ail, Basilic, , ciboulette, chou-rave, ciboulette, échalote, fenouil, oignon, navet, Radis noir/rose/blanc, Un adage chinois rapporte que le navet d’octobre équivaut à un petit ginseng.
  • Des fruits : préférez les pommes, les poires, le raisin et les fruits secs qui ont tout autant de qualités nutritives : graines de courge, châtaignes, noix, amandes (quelques une au petit déjeuner), châtaigne, coing, datte, figue fraîche, pistaches
  • Parmi les condiments : cannelle, cardamome, gingembre, piment, oignon, ail… Tiède ou neutre: anis, armoise, café, curry, estragon, huile (arachide), graine de tournesol, laurier, marjolaine, réglisse, romarin, safran, sésame noir, sucre (blanc, canne), thym, vinaigre. Piquant : aneth, badiane, cannelle, cardamome, carvi, clou de girofle, coriandre, cumin, écorce de mandarine, fleur d’oranger, gingembre, graines de fenouil, huile(soja), menthe, moutarde, muscade, origan, piment, poivre de Cayenne/noir/rose.
  • Enfin, privilégiez les cuissons longues, à l’étuvée, à la poêle avec un peu d’huile d’olive, à la vapeur douce.
  • Évitez les boissons froides et optez pour des thés. Voici également un petit thé à consommer si vous sentez poindre un coup de froid, un petit rhume… :
    • Faîtes bouillir de l’eau avec de la cannelle, une ou deux rondelles de gingembre, de la cardamome, un ou deux clous de girofle.
    • Ajoutez ensuite une poignée de thé noir de préférence. Laissez infuser.
    • Ajoutez-y une cuillère de miel pour adoucir le tout et buvez bien chaud.
    • Pour obtenir un vrai thé Tchaï, vous pouvez ajouter quelques grains de poivre noir, de l’anis étoilée et du lait (de riz, d’avoine, de soja ou d’amande de préférence…). Vous pouvez également trouver le mélange d’épices tchaï tout prêt dans les épiceries orientales. Ce thé très piquant va vous réchauffer et selon les principes de l’énergétique chinoise, vous faire transpirer afin de libérer le Wei Qi du facteur pathogène responsable de refroidissement.
Pour terminer voici une recette qui aura des effets sur le poumon mais aussi sur le rein, en prévision de la saison hivernale à venir : le sauté de crevettes à l’ail et au gingembre.
La crevette renforce le yang, tonifie les reins, élimine les glaires. Le poireau fortifie le yang, tonifie les reins, fait circuler l’énergie. L’ail stimule l’énergie, favorise la circulation du sang.
  • Décortiquez les crevettes et les faire macérer dans de l’alcool de riz (à défaut dans tout autre alcool fort) pendant 10 mn.
  • Émincez un blanc de poireau et un oignon, hachez de l’ail finement et effilez un petit morceau de gingembre.
  • Faîtes revenir le mélange dans de l’huile de
  • sésame. En fin de cuisson, ajoutez les crevettes, poivrez, arrosez de sauce soja et parsemez de coriandre.
  • Consommez accompagné de riz.
AU BOULOT, BON APP’