QI GONG DES POUMONS

  • Poids du corps sur les talons, étirer les pieds, les élargir pour prendre le maximum de surface au sol avec le dessous des pieds. Écarter les orteils.
  • Basculer le poids du corps de l’avant vers l’arrière. Comme pour « étaler une pâte à tarte », ceci afin d’ouvrir la plante des pieds. Rechercher le point limite d’équilibre vers l’avant, et le point limite d’équilibre vers l’arrière, puis stabiliser au centre.
  • Installer au dessus de notre nez une petite plume, légère comme un duvet blanc. Par nos narines, inspirer si finement que ce petit duvet ne bouge pas. Expirer par les talons : imaginer que nos talons sont comme de grosses narines, nous nous représentons notre souffle qui descend par nos talons. Nous visualisons l’air gris, sale, que nous rejetons par nos talons, loin très loin dans la terre. (Plusieurs fois, cela permet de chasser, de nettoyer, l’air gris, sale, les énergies perverses… par nos pieds)
  • Sur l’Inspire que nous privilégions, nos mains s’éloignent du corps, les pouces sont tournés vers l’intérieur, tout en basculant le poids du corps vers l’avant, en soulevant nos pointes de coudes. Sur l’Expire, nous revenons sur nos pieds, les bras reviennent le long du corps. Nous expirons profondément dans le sol. (Plusieurs fois, j’inspire le translucide, sans faire bouger ma plume blanche… expire, je rejette le pervers…) Les genoux sont déverrouillés, et progressivement, d’inspire en expire, nos coudes et nos mains montent, s’écartent un peu plus à l’Inspire, si bien que notre visage est presque au milieu du cercle. Nous sommes conscients du gris, de l’inutile qui sort par nos talons lors de l’ Expire.
  • Comme si le ciel aspirait les pointes de nos pouces, nos mains commencent à se tourner vers le ciel, sur l’Inspire. Et à nouveau, à l’Expire dilatation. Notre visage se tourne au for et à mesure vers le ciel, lors de la bascule vers l’avant. Puis à nouveau lors de l’ Expire, nous retournons sur nos talons, et nous crachons l’inutile.
  • Maintenant, nous contactons un nuage, au dessus de notre tête. Le blanc du nuage est en lien avec nos poumons. Nous oublions l’Inspire et l’ Expire et nous restons comme cela, en contact avec le nuage. Nos mains, Laogong en direction du ciel, nous nous projetons vers l’avant, et nous prenons un bout de ce nuage, de cette blancheur, de ce léger, que nous ramenons dans nos poumons ; tout en retournant dans nos talons.
  • Nous positionnons nos bras sur les côtés, ils sont immenses, vont jusqu’à l’infini. Notre pouce est bien présent. Nous basculons de l’avant vers l’arrière, nos genoux peuvent se tendre. Nous contactons à nouveau un nuage au dessus de notre tête, pour en saisir sa pureté, sa fraîcheur, et nous la ramenons à nos poumons, pour en chasser les tristesses. (L’eau du nuage nourrit nos poumons). Nos bras sont comme deux grandes ailes blanches qui caressent le nuage du bout des plumes, à chaque mouvement.

AUTRE FORME DE QI GONG : NETTOYAGE PAR LE SON ‘Zzzzz’

Pour accentuer le nettoyage de nos poumons, A l’Inspire, nous rapprochons nos mains de nos poumons, et les posons sur le haut de notre thorax,
A l’Expire, le son « zzzzzzzzzz”…… en faisant vibrer nos poumons (micro-secousses de nos mains contre le haut de la cage thoracique… les glaires enfermées dans le Poumon, les tristesses sont ébranlées, se détachent et descendent).

AUTRE FORME DE QI GONG : Nourrir le Poumon et le renforcer par le son ‘Ssssss’

  • Visionner le coccyx, comme s’il se prolongeait jusqu’à devenir une « queue de dinosaure », s’asseoir ‘sur la queue du dinosaure’ comme sur un troisième pied.
  • Nous installons une main au niveau de la zone centrale de nos poumons, et l’autre au niveau de notre bas ventre.
  • À l’Inspire, nous gonflons notre bas ventre en premier puis le souffle monte dans le ventre , le thorax, jusqu’aux clavicules. Nous pouvons rester un petit moment comme cela « gonflé à bloc ».
  • À l’Expire, nous laissons faire, nous nous laissons « dégonflés » doucement. 3 fois. (Rappel théorique : Le Qi du Rein ancre l’Inspiration du Poumon dans le bas ventre, chaudron du bas).
  • Puis sur l’Expire suivante émettre le même son « Ssssssssss……. » mais en nous repliant sur nous même (le haut du corps se replie vers le vas), pour vider et expirer au maximum. Plusieurs fois, l’idée est de vider le ballon à fond…. aller même jusqu’ à une inspire de survie qui se fait parfois par la bouche si vous avez vidé vos poumons au maximum.

TEMPS DE QI GONG IMMOBILE : VISUALISATION… Blanc-pureté et espace infini

  • Les mains s’éloignent du corps, et la main qui est en bas, rejoint la main qui est en haut. Les deux mains regardent nos poumons, nous sommes assis sur notre trépied, nos épaules sont basses, visage « ouvert ».
  • Nos centres de mains, nos LaoGong, nos points de magnétisme s’installent face à chaque poumon. Les Laogong s’ouvrent et dégagent comme deux lasers blancs qui viennent mettre en lumière nos poumons. Nous visualisons toutes nos alvéoles pulmonaires, comme une ruche qui s’éclaircit, se nettoie. Le blanc circule partout, il nettoie nos alvéoles qui se déplissent et sourient. Ce blanc apaise, fait disparaître, dissout nos tristesses, nos deuils….. Tout cet espace redevient lumineux. (C’est un processus de nettoyage, nous sommes bien ancrés avec nos trois racines (pieds et coccyx)
  • Nous nous représentons, notre axe, notre colonne vertébrale. Un petit fil passe depuis notre coccyx à travers toutes nos vertèbres jusqu’aux cervicales. Il passe ensuite entre nos deux hémisphères cérébraux. Le fil sort par le sommet de notre crâne (point DM20), perfore le plafond, le toit de la maison et vient comme nous suspendre haut dans le ciel. (Nous sommes branchés ciel et terre avec de la lumière dans nos poumons)
  • Mettre la pointe de notre langue derrière nos incisives, pour relier les deux méridiens RenMai et DuMai. Refermer doucement nos points Lao Gong.- Nos mains montent jusqu’au niveau des sinus frontaux. Nos paumes de mains se tournent vers le sol, les coudes s’écartent (comme si nous faisions un Toit). Nos poumons diffusent le Qi, l’eau des nuages, dans tout mon corps vers le bas. Nous poussons cette bruine, ce Qi, en faisant descendre nos mains. (Plusieurs fois à notre rythme, mouvement de descente de nos mains comme si nous poussions cette eau et ce Qi Pur vers le bas du corps et même jusqu’à la terre)
  • Au dernier passage, nous arrêtons les mains au niveau du chaudron inférieur, zone entre nombril et hanches. Paumes de mains tournées entre pubis et nombril. (chaudron de réserve-Rein). Nous mettons en réserve tout ce Qi, en posant si nous le voulons nos mains directement sur notre bas ventre, genoux déverrouillés.. Nous restons un temps immobile pour mettre en réserve, jusque dans le coffre fort de nos reins ce Qi pur. Nous pouvons faire de petites pressions sur le bas ventre pour bien mettre en « mémoire » jusque dans le coffre fort des reins vers l’arrière.
  • Finir le qi gong en ‘revenant au corps-matière, en faisant glisser nos mains sur le ventre, tourner. Puis lisser-caresser les jambes, les bras, le torse, les lombes…. pour diffuser ce Qi partout
Qi Gong enseigné par Sylvie Chagnon en stage à Moissac, Le Fil à Soi, professeure de MTC (Toulouse).
Illustration : une peinture mêlant anatomie et fleurs par Trisha Thompson Adams (dessein de dessin).